Partagez | 
 

 M-06 Warning, if you play with fire, you get burn! [Pv Nikola!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Willow S. Nuada

avatar

Célébrité sur l'Avatar : Evan Rachel Wood
Messages : 59
Fiche : I'm Willow Nuada

My Life in Lumen
Monde d'Origine : Sanctuary
A traversé la brèche en : 27 Avril 2010
Est arrivé à Lumen en : 15 janvier 2010

MessageSujet: M-06 Warning, if you play with fire, you get burn! [Pv Nikola!]   Mar 21 Mai - 13:22

Vendredi 9 Août 2010, le Sanctuaire, Lumen

Voilà près de sept mois plutôt, Willow était encore à Londres à faire son boulot d'enquêtrice, à faire du saut de toit en toit et à être poursuivit par des types étranges qui en voulaient toujours et toujours à ses dons. Elle se souvenait particulièrement du soir où, après s'être prise une balle, elle était tombée d'un toit et avait atterri à Lumen dans une flaque d'eau.

Marchant dans les couloirs du Sanctuaire, la jeune femme y repensait encore.

La nuit était noir, les nuages masquaient le ciel et une pluie digne du déluge tombait sur sa tête. Elle ne portait qu'un simple imperméable, capuchon rabaissé sur les yeux, et le vent parvenait quand même à lui mordre la peau du visage et des bras. S'était un sale temps, même pour Londres où il pleuvait le trois quart du temps. Les rues et les trottoirs étaient glissants, Willow voyait souvent quelques rares passants prendre une jolie débarque et se retrouver les quatre fers en l'air. Si l'enquêtrice était à l'extérieur durant ce temps de chien s'était tout simplement car elle cherchait un type. Un type qui la suivait depuis plusieurs jours, même au boulot ou quand elle allait faire l'épicerie. Si le gouvernement s'était mit à l'espionner, il allait le payer très cher! Mais bien sûr ce n'était pas le gouvernement, mais une organisation qui avait envoyée cette homme. Le SCIU. Willow ignorait tout de leur existence comme celle de l'être qui l'avait vendu et même du Sanctuaire. Elle était tout simplement un phénomène qui faisait gaffe à pas trop user de ses pouvoirs pour justement éviter ce genre d'emmerde. Mais la prudence n'est pas toujours suffisante. Et lorsque la jeune femme tourna pour changer de rue, qu'elle ne fut pas sa surprise de tomber sur l'homme qu'elle cherchait! Une course poursuite s'en était suivit et rapidement la jeune femme s'était retrouvée à grimper après une gouttière pour atteindre le toit et continuer une course poursuite des plus risquée. La pluie rendait les toits glissants et ils étaient dans un quartier qui semblait beaucoup aimer les toits en pente raide. À plusieurs fois la poursuite aurait pu prendre fin brutalement. Combien de fois avaient-ils manqué de tomber, glissant à un tel point que le coeur de Willow voulait lui sortir de la poitrine? La jeune femme serait bien incapable de le dire. Finalement ils avaient arrêtés de se pourchasser sur le toit de l'un des immeubles les plus hauts de Londres. Il ne faut pas chercher à savoir comment ils y étaient monter, il faudrait pour cela que vous oubliez tout ce que vous savez de la gravité, même si vous en connaissez trop. Ils s'étaient fait face. Willow demandant à l'inconnu pour qui il travaillait, pourquoi tentait-il de la kidnapper? L'homme n'avait pas répondu, mais avait sortit un pistolet. La jeune femme avait sortit son arme de service et ils avaient échangés des coups de feu. Touchée à l'épaule la jeune femme était tombée du toit, pour atterrir à Lumen.

Elle ignorait toujours qui était le responsable, mais si elle pouvait lui mettre la main dessus, elle lui carboniserait le derrière le temps de le dire!

Sifflotant un air qu'elle adorait jouer au violon, la jeune femme observait la décoration des lieux. Elle aimait bien, s'était ni trop vieux, ni trop moderne. Elle se souvenait de sa rencontre avec un autre phénomène qui lui avait parlé du Sanctuaire, en faisant un tel éloge du lieu que cela avait réveillé la curiosité de la jeune femme. Peut-être pourrait-on l'aider à mieux maîtriser ses pouvoirs et les améliorer, les rendre plus performant? Elle savait que si elle n'avait pas mit de côté ses capacités, elle serait capable aujourd'hui de bien plus, mais sa survie avait sans doute dépendu de cette mise à l'écarte et la jeune femme ne le regrettait pas.

S'amusant à enflammer et la désenflammer, Willow se perdit dans ses pensées lorsqu'elle percuta quelque chose.

Un mur.

Non.

Une porte.

Une porte qui se perdait dans les couleurs des murs. Se massant la poitrine quelque instant, la jeune femme tourna les talons pour faire un face à face des plus surprenant. Un homme se tenait là, devant elle, à seulement quelque centimètre de sa personne. S'était étonnant, surprenant, à un tel point que la pyrokinésiste en enflamma sa main qu'elle cacha dans son dos par réflexe avant de parvenir à l'éteindre. Elle ne dit pas un mot, fixant l'homme dans les yeux du haut de son mètre soixante-quinze.

_________________



If love is what you need
I solder I will be
chocolats:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nikola Tesla
Sexy. Vampire. Genius
avatar

Célébrité sur l'Avatar : Jonathon Young
Double Compte : Rodney McKay
Messages : 158
Fiche : In the end, they all leave me
Age : 22

My Life in Lumen
Monde d'Origine : Sanctuarian
A traversé la brèche en : Septembre 2012
Est arrivé à Lumen en : Janvier 2010 (18)

MessageSujet: Re: M-06 Warning, if you play with fire, you get burn! [Pv Nikola!]   Mer 14 Aoû - 8:38

Le Sanctuaire. Ce nom sonnait comme un vulgaire retour aux sources ; c’était à croire qu’il ne parvenait pas à en échapper depuis les années à Oxford. Il reposa la bouteille de vin qu’il venait de vider en plissant le nez. L’immense bibliothèque et la cave à vin inépuisable de ces lieux étaient un argument valable pour qu’il vienne de temps à autre. Sans oublier Helen. La Grande et Magnifique Helen Magnus. Celle qui, alors qu’il pénétrait tel un voleur dans le Sanctuaire, l’avait surpris avec un air las. Le Vampire avait arqué un sourcil, esquissé un sourire ravageur, avancé d’un pas… Et la victorienne lui avait annoncé qu’une chambre l’attendait, à l’étage. Hm. Il l’avait connue dans de meilleures humeurs mais il n’avait pas relevé et s’était dirigé dans la cave. La fraîcheur l’avait alors accueillit, son regard avait brillé. Merveille ! Helen avait pris soin de la faire remplir. Quelle femme intelligente. Nikola tenait, tout de même, à noter qu’il avait eu une légère hésitation avant de décider qu’il ne lui emprunterait que trois bouteilles. Une heure plus tard, il s’était évaporé dans la nature et l’unique indice de son passage avait été les emplacements vides qu’il avait laissés. Pensif, il avait erré dans les rues de Lumen une partie de la nuit tandis que son esprit, lui, vagabondait parmi les théories des univers parallèles. Il se souvenait avoir lu un livre traitant le sujet, dans son monde. Un livre qui, dans cette réalité là, n’existait pas. L’auteur racontait, dans un langage accessible à tous, comment les premières théories sur les univers parallèles avaient commencé à faire du bruit. Blanqui en était l’origine. Nikola ne le connaissait que de nom ; lors de son rapide séjour dans la capitale française, il était sur toutes les lèvres. Les riches parlaient de lui comme d’un violent révolutionnaire, un animal de cruauté tandis que les plus démunis restaient mitigés, n’osant afficher leur réelle opinion sur ce singulier personnage. Le Serbe n’avait pas eu l’occasion de le croiser et quand même bien il l’aurait eu, rien ne le laissait penser qu’il aurait accepté de lui parler. La politique n’était pas vraiment un sujet qui passionnait l’inventeur.

Vers l’aube, il s’était retrouvé devant son ancien appartement, celui qu’il avait longtemps occupé dans sa jeunesse lointaine. Il avait porté la main droite à son menton sans bouger. De loin, il aurait ressemblé à une statue. De près, il semblait paralysé. Et pourtant, en lui tempêtait un débat féroce. Il avait légèrement penché la tête sur le côté ; s’il avait bel et bien traversé une brèche menant à un monde parallèle, cela signifiait que quelque part, dans cette dimension, il existait un autre Nikola Tesla menant une vie différente de la sienne. Était-il, lui aussi, un vampire ? Un inventeur ? Il n’aurait sut le dire ; en revanche, il ne pouvait imaginer un second lui dénué d’intelligence. Son égo ronronnait d’une fierté à la fois arrogante et hautaine lorsqu’il avait entendu un bruit derrière lui. Son ouïe hyper-sensible lui avait fait tourner la tête d’un coup sec et il avait fermé les yeux. Était-ce encore John qui s’amusait à le reprendre en filature ? Ses canines s’étaient agrandies à cette simple idée et il avait lâché la bouteille de vin qui, à moitié vide, était allée s’écraser sur le sol, laissant l’alcool se répandre. Déjà, Nikola était loin. Guidé par ses sens, le vampire était parvenu à remonter à la source du bruit ; rien de plus que deux clochards qui se disputaient un carton. Ceux-ci ne le virent même pas passé. Depuis son arrivée à Lumen, le Serbe avait vu le contrôle de ses facultés s’accroître. Ou peut-être y prêtait-il un intérêt plus particulier dans ce monde-là, il l’ignorait encore. Il n’était plus qu’un fantôme, qu’une ombre qui se glissait parfois dans une pièce sans qu’on ne le remarquât. Était-ce dû à la brèche ? Il avait, en effet, appris, au fil de ses recherches, que celles-ci avaient parfois de drôles d’effets sur certaines personnes. Ses sens, déjà très sensibles, lui semblaient maintenant décuplés. Et d’étranges pulsions le prenaient, parfois.

Nikola, prélassé dans le sofa du Sanctuaire, porta une main à sa tempe, l’air mauvais. Un blanc lui brouillait l’esprit sur la nuit qu’il venait de passer. Une cuite était à exclure ; et, jusqu’à présent, une nuit blanche n’avait jamais engendré de quelconque perte de mémoire. Il se souvenait avoir repris sa route pour revenir au Sanctuaire, d’avoir croisé un jeune un peu éméché… Il entendait son cœur battre avec rage, il sentait son sang traverser chaque veine les unes après les autres. Le Serbe laissa ses yeux se clore lentement. Des flashs, parfois, lui revenaient, lui offrant un vague souvenir brumeux de ce qui avait put arriver. Mais ses mains tâchées de rouge le mettaient sur la voie, il était vrai. Et ce goût ferreux dans sa gorge lui donnait un aperçu de ce quel crime il avait commis. C’était la seconde fois qu’il se laissait aller en l’espace de deux mois. Et qu’il n’en gardait quasiment aucun souvenir… Le sang humain avait un tout autre goût que ce à quoi il avait finit par s’habituer. Un frisson de dégoût le traversa et le vampire se leva d’un mouvement sec. Bon sang, il perdait pied ! Lui, qui avait toujours sut faire preuve d’un irréprochable sang-froid. Lui, qui gardait le contrôle de son côté bestial depuis fort longtemps maintenant. Lui, qui venait de briser une promesse faite à une vieille amie. L’ongle du pouce tenu par les dents, l’autre main sur son torse svelte, Nikola resta plusieurs minutes à observer le fauteuil qui l’avait accueillit quelques heures plus tôt. Il ne se sentait pas coupable pour ce qu’il avait fait ; aucun remord ne venait le ronger jusqu’à la moelle épinière parce qu’il avait ôté deux vies humaines. Il se sentait plutôt… Soulagé, dans un certain sens. C’était comme si une force interne avait longtemps hurlé et avait finit par se taire, rassasiée. Avait-il ravivé sa nature véritable de prédateur ou avait-elle toujours été là, bien présente ?

Et puis il laissa cet incident de côté. Cela ne s’était produit qu’à deux reprises parce qu’il était en manque de vin et que son boucher avait, malencontreusement, oublié de lui préparer des poches de sang. Vin… Idée alléchante. Qu’il rejeta par la suite. Non. Il devait aider Heinrich avec un objet que l’équipe de Sanctuaire avait déniché dans la rue – oui, les petits serviteurs d’Helen en étaient venus à faire les poubelles pendant leur mission. Le gadget était aussi gros qu’un téléphone portable, de couleur grise et semblait avoir été fabriqué dans une matière qui semblait propre à Lumen. Le jeune louveteau avait demandé, non sans une certaine réticence, à son aîné de lui filer un léger coup de patte pour essayer de comprendre le fonctionnement de ce singulier objet. Nikola ne cachait pas qu’il avait évité au possible de se plonger dans un nouveau casse-tête provenant de ce maudit univers avant d’aller le rejoindre. Au moins, même s’il ne trouvait pas la solution à leur problème, il aurait quelqu’un sur qui remettre la faute. Une moue, lentement, se dessina sur le visage du Serbe. Peut-être devrait-il d’abord passer dans le bureau de Helen. Celle-ci était bien la seule qui savait quand il passait à l’improvist’. Après une courte bataille entre lui et son autre lui, le vampire quitta son bureau pour se rendre vers celui de la victorienne. Sans doute avait-elle déjà noté son retour imminent dans son Sanctuaire et attendait qu’il se manifeste. Ses yeux se baissèrent et croisèrent ses mains ensanglantée. D’accord, il irait faire un tour par sa salle de bains avant d’inquiéter Helen inutilement. Ainsi donc, il utilisa l’ascenseur pour monter un étage plus haut et se glissa silencieusement dans la première chambre qu’il trouva. Autant perdre le moindre de temps possible car, pour lui qui pouvait se déplacer à une vitesse treize fois supérieure à la normale, chaque seconde durait une éternité. Son nez se plissa en reconnaissant les affaires de Zimmerman mais il s’abstint de tout commentaire ; le jeune protégé ne pouvait avoir une belle gueule et être un maniaque de la propreté. En quelques enjambées, Nikola était dans la salle d’eau et frottait ses longs doigts les uns contre les autres, laissant un mélange de globules rouges et d’H2O imprégner le lavabo. Son puissant odorat lui appris que le savon utilisé par le psychologue était aux extraits de nénuphar blanc. Erk. Les mains encore humides, il s’empressa de fuir ces lieux, s’attardant toutefois sur quelques clichés qui ornaient les meubles avec un sourire en coin, pour apercevoir une ombre tourner à l’angle. Un sourcil s’arqua. Le protégé était en voyage avec sa greluche du mois, Heinrich devait être au laboratoire en train de pester contre lui-même, Helen était sûrement enfermée dans son bureau, la Belle devait probablement s’ennuyer dans un salon quant à la Bête, il récurait sans doute puisque tel était son job. Une nouvelle recrue ? Hm, non. Un nouveau pensionnaire ? Fort possible. Usant de ses facultés de vampire, Nikola suivit cette silhouette inconnue mais pleine de belles promesses jusqu’à ce que celle-ci percute une porte. Non, elle n’était vraiment pas une recrue – ou alors, Helen était vraiment en sous-effectif !

Aussitôt, le visage ne lui sembla pas inconnu. Son habituel sourire arrogant et mesquin sur le coin des lèvres, Nikola réfléchit rapidement. Une chevelure rousse, un joli regard, un air farouche. Où avait-il bien put rencontrer pareil beauté ? La réponse finit par lui venir. Simple, rapide. Vraie. Il s’agissait d’un dossier qu’il avait longtemps étudié au SCIU. Willow Nuada, si ses souvenirs étaient exactes – mais sa mémoire parfaite ne le trompait jamais. Une phénomène comme il était rare d’en croiser. La jeune femme était, effectivement, l’une des dernières pyrokinésistes qu’il existât et le groupe gouvernemental tenait à pouvoir la capturer, pour mener sur elle quelques expériences. Nikola avait eu son dossier en main et avait hésité avant d’acquiescer ; sa curiosité naturelle avait pris le dessus et il lui tardait de savoir comment la guerrière qui lui faisait face faisait pour créer des flammes. Il avait donc demandé à des agents de partir à sa recherche mais tous étaient revenus bredouilles. Après, il y avait eu le léger incident « brèche-Lumen » et, très vite, il avait finit par oublier son existence. Apparemment, elle avait, elle aussi, été victime d’une de ces brèches inter-dimensionnelles et avait finit par croiser la route du Sanctuaire. Sans doute était-ce un bon point ? Cela voudrait dire qu’il allait pouvoir garder un œil sur elle tout en l’observant agir dans un milieu qui paraissait naturel. « Well… Helen m’avait caché qu’elle avait volé un précieux joyaux au monde. Que fait un aussi beau visage dans d’aussi sombres couloirs ? » Son œil, fin observateur, avait noté la présence de braises sur sa main qu’elle avait tenté de cacher mais, trop poli et trop courtois, il préféra ne pas y faire allusion. Pas tout de suite, en tout cas.

_________________

Nobody hijacks Nikola Tesla!
You've turned what was supposed to be a symphony into rock and roll!



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

M-06 Warning, if you play with fire, you get burn! [Pv Nikola!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» got some dark desire, love to play with fire (hot) ▹ nolan.
» × DON'T PLAY WITH FIRE ×
» Fire doesn't burn itself - Carnage | Toxic
» "Let's play a new game, ok?" [Sweets]
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Reality is Broken :: We are in Lumen ~ :: Umbra ~ :: x.Sanctuary.x-