Partagez | 
 

 -5000 - A dangerous adventure [Pv Docky]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Willow S. Nuada

avatar

Célébrité sur l'Avatar : Evan Rachel Wood
Messages : 59
Fiche : I'm Willow Nuada

My Life in Lumen
Monde d'Origine : Sanctuary
A traversé la brèche en : 27 Avril 2010
Est arrivé à Lumen en : 15 janvier 2010

MessageSujet: -5000 - A dangerous adventure [Pv Docky]   Dim 19 Mai - 5:34

- 5000, Tandora II

Après un mois d'absence, le Docteur lui était de nouveau apparu dans un parc cette fois. Alors qu'elle allait tout simplement jouer un morceau au parc pour passer le temps, se désennuyer, elle avait aperçu la boîte bleu appelée TARDIS. Elle avait du s'y prendre à 2 fois pour que le propriétaire vienne enfin ouvrir la porte, manquant de peu de se prendre trois coups au visage. Ses compagnons se seraient bien demandés comment il se serait fait le bleu qu'il aurait eut au visage. Mais après tout, peut-être qu'il ne les aurait revu qu'après que le bleu se soit évaporé, ou pas. Mais ça n'aurait pas été de sa faute, c'est lui qui a ouvert la porte d'un coup... Et puis, on s'en fou, l'histoire ne tourne pas autour de cet évènement!

Les deux êtres s'était assis pour parler de ce qu'ils avaient fait en un mois de séparation. La jeune femme lui avait parlée de ses aventures nocturnes qui consistaient à sauter de toit en toit. Elle avait l'Habitude à Londres étant familiarisé avec l'Architecture, la composition des matériaux et les intempérie. Qu'il pleuve ou qu'il face brouillard, la jeune femme ne manquait jamais son coup sinon elle trouvait le moyen de se rattraper à n'importe quoi. Elle grimpait aux briques, aux gouttières et même aux fenêtres. Elle était pire qu'une araignée, qu'un gecko. Elle Grimpait n'importe où à n'importe quelle température et ce peut importe la météo. S'était peut-être sa perspicacité ou sa détermination, qui sais, qui lui permettait de réussir le quasi impossible. S'était sa fierté. Elle parvenait à faire des acrobaties dignes de Spyder-man, mais elles étaient vrais les siennes. Elle n'avait pas peur de se jeter dans le vide, de frôler le sol accrocher à une corde à linge ou un câble. Elle se foutait un peu de sa vie en claire. De toute façon qui l'aurait pleuré, mise à part le Docteur peut-être? Personne. Elle n'avait plus ni famille et n'avait jamais eut d'ami à proprement parler, seulement de bonne connaissance. Ses ennemis étaient plus nombreux et s'était parfois eut qu'elle considérait comme des amis puisqu'ils lui faisaient vivre, parfois, de sacrées aventures.

Mais pour en revenir à cette journée, la jeune femme avait sortit son instrument et en avait jouer un magnifique morceau à son compagnon de journée. Elle était virtuose et jouait donc les yeux fermés. Alors qu'elle jouait, le vent s,était levé transformant sa chevelure en incendie, les oiseaux s'étaient mit à chanter et le soleil était sortit de derrière les nuages. Son sang était de la lave, elle le sentait couler dans tout son corps. Elle aurait, à se moment, pus dire à quels endroits exactement se trouvait tout ses vaisseaux sanguins sans avoir le moindre problème. Elle aurait même pus les dessinés! Son coeur était un véritable brasier qu'elle sentait dans sa poitrine et sa peau était un véritable feu de forêt. On aurait pas pu cuire un oeuf, mais la toucher à se moment là aurait été l'équivalant de mettre les pieds sur le sable en plein midi pendant l'été. S'était extrèmement chaud, voir bouillant. Mais pour la Pyrokinésiste, s'était normal. Elle était un incendie intérieurement, son caractère le reflétait souvent. Impulsive, têtue, parfois sauvage, une véritable tigresse oui!, elle ne lâchait pas le morceau facilement et se battait avec énergie.

Lorsqu'elle eut fini sa mélodie, ceux qui les observaient partirent, le vent tomba, le soleil se cacha de nouveau et la magie sembla retomber. Ce fut à ce moment que le Docteur décida de lui proposer de l'accompagner dans le TARDIS dans un voyage au travers l'espace et le temps. La jeune femme avait d'abord été sceptique avant d'accepter. Que pouvait-il lui arriver avec cet homme en qui elle avait une totale confiance? D'accord, s'était tout de même un inconnu, mais la jeune femme s'en fichait. S'ils se retrouvaient en danger elle en serait tout simplement plus que ravie, adorant le danger et l'adrénaline. S'était à ça qu'elle carburait, l'adrénaline. Elle ne pouvait vivre sans cela. L'adrénaline enflammait son sang, entraînait son coeur dans un tango endiablé, mettait tous ses sens en alerte et lui donnait plus d'énergie que pouvait lui donner n'importe quelle boisson énergisante.

Après quelques arrêts, ils étaient arrivés sur Tandora II. De granges falaises, une immense chute et de l'herbe à la couleur de la crinière de la rousse. De grands arbres faisaient ombres sur ces herbes de feu et leur feuillage verdoyant contrastait avec douceur sur ce brasier de prairie. Au loin la jeune femme aperçu un village à près de cinq kilomètres. La jeune femme était remonter dans le TARDIS et le fou dans la boîte bleu avait déplacer son "vaisseau" dans le village. Ce dernier était très vieux, maisons de pailles et d'écorces ou de pierres pour certaines, ces maisons lui rappelait l'antiquité. Les habitants était vêtus de cuirs et de fourrures. La jeune femme et le Docteur flashaient plus qu'autre chose dans se décor. Surtout Willow qui était vêtu d'un débardeur sans manche vert forêt lui dégageant légèrement son ventre et elle portait des leggings noirs bien plus que moulants. Willow posa un son regard émeraude sur le Docteur, d'abord surprise, puis avec amusement.

- « On ne passera pas inaperçu si vous voulez mon avis Docteur » lui dit-elle, un légé rire dans la gorge.

S'était fantastique, pour elle. Elle n'avait jamais imaginé rien de tel même dans ses rêves les plus fous.

Une légère musique s'élevait, provenant d'un vieil instrument de bois à corde manipulé par un vieillard. LA jeune femme le regarda un moment jouer avant de mieux détailler les alentours: les rues étaient de terres battue, de la paille était parsemé par endroit, un puis de pierre se trouvait au milieux de la place...

La jeune femme regarda de nouveau son compagnon lorsque des sentinelles commencèrent à s'approcher d'eux. La jeune femme avait eu le réflexe de posé sa main sur son revolver accroché à son étui qui pendait à une ceinture de cuire et chaînes posée de travers sur ses hanches. Elle avait un seule problème: son barillet ne contenait que six balles et elle n'en avait pas de rechange...

- Doctor, qu'est-ce qu'on fait?

Elle se méfiait de ces sentinelles. Les époques aussi "anciennes/préhistoriques" avaient toujours contenu beaucoup d'injustices et de violence. Si elle avait su qu'elle atterrirait dans ce genre de monde aujourd'hui, la jeune femme aurait pensée à apporter des cartouches de rechanges, mais il en était rien. Un léger faux d'adrénaline coula dans ses veines, la rendant prête à une confrontation.

Le regard toujours encré dans celui de son compagnon, la jeune femme attendait la réponse du Timelord.

_________________