Partagez | 
 

 Hey ! I'm an awesome monster.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Natys Haagen
Awesome Psychotic Man.

avatar

Célébrité sur l'Avatar : Colin O'Donoghue
Messages : 25
Fiche : Hey ! I'm an awesome monster.

My Life in Lumen
Monde d'Origine : Primeval
A traversé la brèche en : Septembre 2008
Est arrivé à Lumen en : Avril 2010

MessageSujet: Hey ! I'm an awesome monster.   Dim 27 Jan - 14:12

Haagen Natys
Feat.Colin O'Donoghue
Identity
Nom : Haagen (and again)
Prénom : Natys
Genre : ♂

Age & Date de Naissance : 18 novembre 1982
Lieu de Naissance : Liverpool Angleterre
Nationalité et Origine : Anglais
Monde d'origine : Primevalian

Espèce : Humain
Groupe Sanguin : AB -

Metier : Heum, squatteur ? Saloperie ambulante ? Artiste ? On sait pas trop, et on préfère pas savoir.
In my mind
Caractère : Natys c'est un psychopathe, un manipulateur-calculateur, mais c’est aussi un bon comédien. Enfin c'est avant tout un malade mental avec un sérieux trouble de la vision artistique, une pointe de mégalomanie, d'égocentrisme, de narcissisme, de cruauté. Mais bon au moins il est intelligent et des plus charismatique, ce qui comble que très légèrement son sadisme, son hypocrisie, le fait que ce soit un véritable batard, connard... Aux tendances malsaines et perverses, c'est un vrai sans-gêne. Il est très pointilleux et entêté. On a l'impression qu'il se parle tout seul ou plutôt qu'il s'auto-félicite tout seul, que ce soit mentalement ou pas d'ailleurs. Il est normalement chiant très chiant, mais il sait être adorable, ce qui n'est souvent pas bon signe, ça vous revient dans la gueule aussi vite qu'un boomerang. (Voir Mickeal.) Beau parleur il persuade sa victime dont ne sait quoi d'ailleurs... Qu'il l'aime ou autre... Il possède une repartie à toute épreuve ou presque. Il ne semble pas s'effrayer de grand chose surement parce qu'il est déjà bien atteint. C'est aussi un gros fumeur, il a la manie de couper ses filtres et se balade donc avec une petite paire de ciseaux dans sa poche.
How I look
Physique : "I don't mind what you think, I'm a masterpiece."
Natys est une véritable saloperie, mais faut bien quelque chose qui rattrape tout ça... Le fait est qu'il est beau, charmeur et beau... On dit littéralement "un bel enfoiré", c'est la jolie pomme dorée avec des vers dedans pour faire dans le poétique, ce genre de mec imbuvable devant lequel toi, oui toi là... Tu bavouilles sans vergogne il le sait, et ça lui plait. Il possède de beaux yeux bleus étincelants de façon inquiétant, un sourire narquois-malsain qui revient souvent sur ses lèvres. Il est autant charismatique dans son attitude que dans son comportement. Si il ne tente pas de se faire passer pour un gars gentil auprès de vous, on capte tout de suite que c'est un sale con, sinon... Heum, c'est moins cool pour vous. Je suis obligée de m'étendre sur le fait qu'il est canon, brun aux yeux bleus avec une barbouse et toussa toussa ? Non parce que ça se voit, faut ouvrir les yeux. (c'est le moment où je raconte n'importe quoi pour meubler). Il s’habille classe, des bobottes par-là des blousons en cuir, des pantalons je te moule le cul… Fin v’la.
Because I am someone
Histoire :
Il a embrassé ses lèvres sucrées, mortelles, sa douce peau de miel, sans songer à ce qui pouvait l’attendre. Il a allongé son corps de model, de petite poupée parfaite, l’avait recouvert de son être vomitif, sans penser à ceux qui pouvait l’attendre. Et dans le froid de l’hiver, dans sa bagnole désossée de minable, aux vitres givrées et au chauffage défaillant, ils ont tout deux perdu quelque chose.

~

Il tira sur sa clope tachée de rouge, la poussière grise des mégots tombant en poudre à ses pieds, un sourire suffisant sur ses lèvres pleines. Puis la cigarette fut écrasée par une botte noire, alors que le jeune homme à qui elle appartenait se rhabille.

Il essuya ses mains souillées sur son jean rouge, alors que sa langue passait effrontément sur sa lèvre inférieure admirant une dernière fois son « œuvre », car il était un artiste ! Il piétine le peu de dignité qu’il lui reste pour accomplir son art, certes. Mais l’autre avait perdu bien plus ! Son regard sur le corps ensanglanté dans la bagnole vieillotte se fit plus moqueur et il passa une main dans ses cheveux de jais. Puis avec un petit sourire narquois il sortit son appareil photo pour immortaliser son travail.

Puis doucement, ses pas claquants dans la fraicheur du soir, son rire froid résonnant dans l’air glacial, il s’en fut… Laissant le soin à quelqu’un de découvrir son chef-œuvre… Un artiste avait besoin d’un public ! En attendant il avait besoin d’une douche.

~

Un bruit désagréable de quelque chose qui se vide au sol, recrachée par tout un corps suite à une flagrante répulsion. Il était dégouté ! La personne qui avait fait ça à cet homme était un vrai psychopathe…

On lui tendit un verre d’eau, son regard remonta vers une femme, la cinquantaine, le visage dur mais plissé dans une légère moue d’inquiétude. Il attrapa le verre, crachant la première gorgée à terre pour se libérer du goût amer de la bile, puis avalant le reste avec difficulté.

Le pire c’est qu’après avoir admiré ce type dont l’état n’était pas de plus ragoûtant, ils n’avaient pas grand-chose, le tueur pouvait aussi bien être un homme qu’une femme… Bien que l’état du corps montre une grande violence, il n’y avait aucunes traces de luttes, comme pour tous les autres... Et ils n’avaient toujours aucun suspect.

« - Mickaël, on rentre. »

~

Mickaël aperçut rapidement les bottes noires gisant dans son entrée, il sourit, se dirigeant vers la chambre, il se débarrassa de ses vêtements se glissant sous les draps chauds tout en enlaçant le corps semblant endormi, qui remua dans son étreinte avant de se retourner enfouissant son visage délicat contre le torse de l’inspecteur. Il sourit humant l’odeur de shampoing émanant de ce corps tendrement lové contre lui, passant une main dans les cheveux de jais, et s’endormant paisiblement.

~

Mickael resserra ses bras dans le vide, en grognant… Hm, le corps qui aurait dû se trouver dans son étreinte n’y était plus. Depuis combien de temps ?

« -Putain… »

Il cligna des yeux en jetant un œil au réveil sur lequel un post-it était collé, un petit mot simple « On se voit plus tard.♥» Il décrocha le post-it jetant un œil à l’heure… 7h. Il se leva d’un bond, il fallait aller bosser.

~

Titubant, le teint maladif, puant l’alcool, les vêtements collants, transpirant comme un porc. Il était tombé sur lui, comme la pluie nous tombe dessus et le jeune homme l’avait soutenu, riant de son état déplorable et l’incitant à se rassoir pour boire à outrance, s’enivrer, une dernière fois. Qu’importe, qu’importe.

Et voilà comment il avait trouvé sa prochaine victime… Il avait été si facile à convaincre, il n’avait même rien n’eut à perdre cette fois, cet homme était bien trop imbibé, et une nouvelle fois ses mains s’étaient souillées de sang, sa lame s’en était gorgée…

Et il avait à nouveau rit, tiré une cigarette de son paquet, envahit la chambre de cette fumée grise. Celle qu’il avait dans ses poumons, celle qu’on sentait dans sa bouche, celle dont l’odeur collait à sa peau… Combien, combien pourrait-il en tuer avant qu’il ne le découvre ? Combien de temps pourrait-il encore profiter de lui avant qu’il ne comprenne ? Et comment le regarderait-il ? Avec dégout ? Il serait blessé ? Il essayait de se visualiser son visage.

Il était pris d’une malsaine excitation. Il savait qu’on finirait par le découvrir et il le voulait… Pouvait-on laisser de tels chefs-œuvres non-signés ? Absolument pas, c’était inconcevable.
Il laissa retomber sa cigarette, l’écrasa de nouveau de sa botte noire… Ses pas résonnèrent dans la chambre silencieuse, la porte claqua, il remonta sa capuche sur son visage, camouflant son minois. Il ne se laisserait pas attraper aussi facilement, tout de même.

~

Pâle, pâle comme la mort… Encore cette horreur, il avait récidivé.

« - Même mode opératoire, cette fois la victime a été tuée sur ce lit… Même type de victime… »

Et sa collègue continua à parler alors que lui, cette odeur de cigarette… Il la connaissait. Il ramassa le mégot écrabouillé au sol.

« - Ceci appartient au tueur ? »

« -C’est probable ou à notre victime, mais elle n’a pas de paquet. »

Il fit tourner le mégot entre ses doigts, vraiment cette odeur lui disait quelque chose….

Il agrippa les épaules masculines, se contorsionnant sous le corps en sueur de son amant, avant que celui-ci ne s’écroule sur lui, le souffle rapide, les cheveux lui collant au visage, se surélevant pour ne pas l’écraser… Tellement touchant. Et lui il le regardait, il caressait son dos avec ces mêmes mains souillées de sang… Comment le prendras-tu ? Il l’enlaçait, avec ses mêmes bras qui avaient trainés sous la pluie… Que feras-tu ? Il collait ce même corps impur contre le sien… Qu’en penseras-tu ? Il l’embrassait aussi… Y croiras-tu seulement ? Il avait l’impression de le souiller de ses mains, son grand héros, c’était une de ses activités les plus jouissives. Hm… C’est lui qui le découvrirait.

Ah, Mickeal avait fini de reprendre son souffle, il lui sourit, caressant sa joue, puis il sembla s’interroger, humant l’odeur de la peau du tueur en enfouissant son visage dans son cou. Intéressant. Celui-ci mima la surprise en haussant un sourcil… Intérieurement il souriait.

«- Mick, arrête de me renifler, sale pervers. »

A cette remarque, il grogna, provoquant un rire chez notre criminel… Puis délogea sa tête de son cou pour le regarder.

« - Hm… C’est pas ça, j’ai senti ton odeur de toxico ailleurs.»

« - C’est une façon subtile de me dire que t’en vois d’autres que moi ? »

Il se prit une tape sur la tête de la part de son cher petit héros, et ricana un peu, il s’amusait… Oh oui, il s’amusait.

« - Nan, c’était au boulot.»

« - Génial. »

L’inspecteur eut un rire, signe qu’il ne suspectait absolument pas son amant… En même temps c’était difficile de s’en rendre compte dans sa situation…

Soudain un portable sonna, et Mickeal se détacha de lui, attrapant l’appareil alors que son amant se rhabillait, il répondit par un bref « -Oui j’arrive tout de suite » et raccrocha.

« - Même si j’y vais, tu pouvais rester ici… »

« - J’ai une vie, mon vieux. »

~

Une cuisine, il était dans une cuisine… Sur une chaise, à califourchon sur un corps sans vie, plus facile de faire de cet homme une œuvre d’art ainsi… Et il réfléchissait alors que le sang rougissait déjà ses mains délicates, il devait laisser un petit message à son héro… Un petit présent, lui qui était tellement romantique. Ah ! Il le tenait son présent ! Hm oui, c’était une idée géniale. Fier de sa nouvelle idée il se releva, attrapant la bouteille d’alcool laissée à l’abandon sur la table par sa victime, il la vida, il ne fallait pas gaspiller, avant de l’éclater sur le corps inanimé.

« -Parfait. »

Articula-t-il dans un rire, allumant sa traditionnelle clope sur laquelle il tira tout en contemplant son si beau travail. Mickeal avait intérêt à apprécier son présent !

~

Mickeal se tenait au rebord de l’évier, blanc comme neige, les yeux rouges, le corps encore tremblant… Ils avaient vraiment à faire à un vrai malade… Ce matin dans leurs locaux, on leur avait envoyé un colis lui étant adressé. Jusque là rien d’anormal… Jusqu’à l’ouverture, un cœur. Un vrai cœur, dessus une carte « Avec tout mon amour. »… Vraiment gerbant. On avait découvert un peu plus tard que c’était le cœur de la troisième victime du tueur toujours en fuite. On avait retrouvé le même mégot de cigarette… La même fumée planant dans la pièce… C’était un peu trop là… Le tueur se mettait à les narguer.

Une nouvelle pensée au contenu du colis… Ses trips se tordirent à nouveau et l’on eut encore le droit à des bruits peu ragoûtants. Il ne comprendrait jamais Denise, sa collègue, qui était restée imperturbable à l’odeur de mort du paquet… De mort et de cigarette. Un mégot avait été retrouvé ici aussi. Cette odeur avait maintenant un double tranchant pour lui. Ce tueur et son amant… Si seulement un des deux pouvait changer de marque de cigarette… Malheureusement le tueur avait l’air d’en faire sa marque de fabrique… Et son aimé lui avait confié que c’était ses cigarettes fétiches, tristes coïncidences pour notre inspecteur.

Il passa de l’eau sur son visage, rinça sa bouche, observant ensuite son reflet dans le miroir, ébouriffant ses cheveux châtains d’une main et claquant ses joues pour leurs redonner de la couleur devant leurs pâleur, il mordit ses lèvres fines et tremblantes et réussit finalement à les stabiliser, il frotta ses yeux pour voir revenir l’éclat de ses prunelles verts. Il se sourit à lui-même, se ressaisissant, il fallait juste attraper ce malade !

~

Il se déchaussa de ses bottes noires sur le palier en riant gaiement… Oh ! Qu’il aurait voulu être là pour voir la réaction de son héros à la vue de son présent… Il était déçu de ne pas avoir pu, mais pour se rattraper il l’attendait chez lui, il serait au premier loge, comme d’habitude...

Il se dirigea vers la cuisine en attendant, fouillant dans le frigo… Et s’il faisait à manger ? Oui, oui, il était certain que son pauvre Mick aurait le ventre bien vide en rentrant… Lui qui l’avait obligé à reprendre trois fois du gâteau ce matin, il était un peu cruel des fois. Il attrapa un couteau de cuisine… Mais soudain, il entendit la clef tourner dans la serrure et la porte s’ouvrir. Hm… Il reposa le couteau de cuisine, tant pis, et vint à la rencontre de l’inspecteur, en l’enlaçant. Celui-ci soupira et le serra fort dans ses bras, il fit mine de prendre un air interrogateur.

« - Mauvaise journée ? »

«- Mouais… »

Il souriait intérieurement, tu m’étonnes… Mais bon était-ce sa faute si son héros avait encore du mal à apprécier son art sans être prit de nausées ? Que nenni… Pour l’aider à s’habituer, il se promit de faire des œuvres encore plus belles !


Il tira, tira et tira encore sur sa cigarette… La fumée grise s’imprégnant dans l’air et dans ses vêtements, ses cheveux et même surement dans ses poumons, pas étonnant depuis le temps qu’elle fasse partie intégrante de l’odeur de sa peau et maintenant de ses nombreuses scènes de crimes. Oh, il était accro… Autant à la fumette qu’à son art.
Faisant les cents pas autour du cadavre amorphe, il tira à nouveau, se baissant pour souffler la fumée à la gueule de notre pauvre mort. Mais bon, il était mort, vous feriez mieux de plaindre les vivants.

Le jeune homme fit le tour de la pièce encore et encore… Pas assez impressionnant, il avait fait bien mieux… Il ne pouvait pas laisser ça ainsi. Ah ! Il savait !

~

De grosses lettres rouges sang… Mickeal pâlit, au bord de l’évanouissement, pourquoi son nom était-il tracé sur ce putain de mur, alors qu’un cadavre pourrissait à coté ? Et surtout… Comment ce timbré savait son prénom, bien qu’il soit en charge de l’affaire. Ça se compliquait, encore, un vrai casse-tête, on chercha de nouveaux indices, et encore cette putain d’odeur de cigarette… On lui posa des questions, peut-être que le tueur lui en voulait personnellement ? Qu’est-ce qu’il en savait lui… Franchement, peu de gens viennent te voir en te disant « Bonsoir, je cherche à te tuer mais avant je te fous les jetons en tuant des gens par-ci par-là, bon bah salut, bonne journée ! » Sérieux…

En même temps, ça devenait inquiétant, ça et… Le cœur qu’ils avaient reçu au bureau, le tueur avait vraiment un grain… Et l’imaginait plutôt comme un calculateur… Un beau garçon, la dernière victime avait pour réputation de ne repartir qu’en belle compagnie et l’ont avait vu la deuxième avec un jeune homme enfin… En fait personne ne se souvenait de lui, une vraie poisse quoi, il s’était à peine montré. Insaisissable… Putain, il fallait qu’ils le coffrent… Tout ceci prenait des proportions bien trop importantes.

~

Oh… Qu’il était pâle aujourd’hui son héros. Lui il le regardait, faisant mine de ne rien voir, mais s’en amusait. Finalement même si Mickeal avait l’air préoccupé il s’endormait… Cette soudaine peur était follement amusante, bien que pour lui tuer son amant n’était pas, pour l’instant, dans ses plans. Il préférait le voir découvrir le pot aux roses.

~

Mickeal frémit de dégoût en tenant le bout de papier entre ses mains… Cette phrase « Avec tout mon amour. » lui avait fait froid dans le dos et avait directement coupé le sourire tendre qui avait prit place sur son visage en voyant le message d’encouragement du brun… Si celui-ci avait réagit c’est qu’il ne devait vraiment pas avoir bonne mine… Il reposa le papier, cette affaire le suivait partout ! Et bizarrement entre l’odeur des clopes de son amant et cette phrase… Elle le poursuivait dans son train-train quotidien.

Ah… Zut. Le clignement de la sirène de police dansait dans la rue adjacente, il y voyait presque le « téfoutu » des ambulances, annonçant que t’étais dans la merde…
Il ricana sombrement, la morgue suivrait-elle bientôt ? Il avisa de ses mains pleines de sang, en effet… Elle ne devrait pas tarder et il était aussi dans la moise. Il n’avait même pas le temps de finir sa mise en scène !

Il soupira, attrapa son blouson, ouvrant la fenêtre du même geste rageur. Allait-il se faire prendre ? Hm, il se le demandait, ça devenait presque excitant. Mais ce n’était pas le moment hum ? Pas maintenant… Bien que dès lors, il se savait en sursis.

Il plaça son paquet de clope dans la bouche béante de sa victime, sortant son briquet de sa poche et y foutant le feu… Une petite crème brulée. Il aurait tellement préféré prendre le temps d’en fumer une… Mais bon, la précipitation l’obligeait à agir autrement.

Nonn… Il ne pourrait pas tenir la promesse qu’il s’était fait d’offrir de plus belles créations à son héros, si on ne lui en donnait pas le temps, aussi ! Il grogna, s’appuya sur le rebord de la fenêtre, et enfin, l’enjamba.

~

Ils l’avaient raté de peu ! Ce salop s’était envolé ! Mais c’était frai, les cigarettes fumaient encore… Dans la bouche de sa dernière victime… Semblait-il qu’il avait dû écourter ses habitudes. Hm… Le paquet de clopes, qu’il reconnaissait facilement au mot « Winfield » tracé sur son emballage, les mêmes que son copain, il avait donc raison… Cette odeur c’était bien ça.

Comme d’habitude ils tentèrent de trouver des indices et des empreintes sur la scène de crime… Jusque là, le tueur avait été particulièrement méticuleux, jamais une empreinte, et chaque indice avait l’air millimétré, il les leur donnait… Même sur les mégots de cigarettes, aucunes empreintes, il devait couper le bout du filtre… Sur la victime, rien non plus.

Mais cette fois… Il y avait peut-être une chance, dans la précipitation, il avait dû se trahir ! Il en était sûr. Ce n’était plus qu’une question de temps !

Des bruits de pas vifs se firent entendre, le claquement des talons d’une femme… Il s’attendait déjà à voir sa collègue blonde lui annoncer qu’ils n’avaient encore rien trouvé sur les lieux du crime… Que ce putain de meurtrier leur échappait encore….

La porte grinça légèrement avant de se cogner contre le mur… Ayant été ouverte trop rapidement, puis il fit fasse à la jubilation évidente de la blonde qui lui annonça :

« -Mickeal ! On a une empreinte ! En fait, on en a plus qu’une ! »

Le logiciel avait fait correspondre les empreintes, ils avaient bien quelqu’un…. Une photo c’était affiché sur l’écran de l’ordinateur, ses cheveux ébènes, ses putains de yeux bleus, son minois d’ange tombé du ciel… Ça ne pouvait pas être vrai. Mickeal s’était figé, tétanisé… Et les seuls mots que sa bouche tremblante avait pu articuler lui semblaient à peine réels.

« - C’est Natys »

~~~

Effondré, il était effondré… C’était un véritablement cauchemar, ça lui retournait le cœur, trahison, c’était une trahison, il se sentait tellement con. Il aurait dû le voir, il aurait dû. Et même il aurait dû l’arrêter en fait, il le devait encore.

Aucuns de ses collègues n’avaient osé le déranger depuis qu’il s’était enfermé dans son mutisme, c’est-à-dire juste après avoir donné son adresse. Evidemment, Natys avait déjà filé, ils avaient pris trop longtemps pour découvrir que c’était lui, et maintenant, il se baladait, en liberté et avez déjà récidivé, il devait sentir qu’il n’y en avait plus pour longtemps car ses meurtres s’étaient accélérés, grandement accélérés... Et il devenait arrogant… C’était maintenant une course à l’arrestation un genre de défi « Combien j’arriverai à en tuer ? », les messages qu’il laissait étaient clairement destinés à Mickeal, il savait qu’on l’avait découvert.

~~~

Il s’alluma une clope, s’asseyant à côté d’un homme évanoui et saucissonné sur son canapé. Le tueur, les jambes croisées, le coude appuyé sur son genou, penché en avant dans une position d’attente, tirait plusieurs lattes avant que le pauvre homme émerge, complètement paniqué, se tortillant dans tous les sens, l’autre s’adresse finalement à lui.

« - Te voilà réveillé…. Georges ? C’est Georges n’est-ce-pas ? »

L’homme n’osa plus aucuns mouvements, de plus il était bâillonné et incapable de parler, mais ce n’était surement pas son prénom, le tueur tire une latte il se fichait de son prénom en réalité…
« - Non ? Tant pis, je t’appellerai Georges de toute façon, c’est un nom fade qui te va tellement bien, moi c’est Natys… Mais, je suppose que t’es pas vraiment enchanté de me connaitre hein ? »
Il rit, mais son rire, surtout dans cette situation, sonnait faux et avait des intonations malsaines. Il se leva d’un bond pour parcourir la pièce, un flingue dans une main, un couteau de cuisine dans l’autre. Il lui montre le flingue.

« - Ça, ce n’est pas dans mes habitudes mais c’est au cas où je n’ai pas le temps de te « cuisiner ». »

En prononçant le dernier mot il montre le couteau et lui sourit gentiment, à nouveau ça sonne faux…

« - Tu crois qu’ils mettront du temps à nous retrouver ? Je n’aime pas attendre, je pourrais être tenté de t’abimer un peu... »

Il tire une dernière latte, avant de laisser tomber sa clope et d’écraser le mégot sur la moquette.

« - Mme Denise ! On l’a retrouvé ! Il est dans cet appartement !»

Reniflement de dédain de la part de la grande blonde qui servait de collègue à Mickeal.

« - C’est lui qui nous a trouvé oui… Selon un des voisins ils ont vu un charmant jeune homme
grimper jusqu’au 5éme… Il y a de ça facilement 3-4 heures. Avec un homme, supposément la victime qu’on a vu en format paquet cadeau par la fenêtre.»

L’homme à ses côtés fronça les sourcils.

« - Cet homme, il est mort ? »

Denise secoue la tête en soupirant, ça aurait été tellement plus facile si c’était le cas.

« - Absolument pas, il n’est pas débile non plus, il nous a gentiment indiqué que toutes les vingt
minutes son otage perdrait un membre et qu’il trouvera un moyen de nous le faire parvenir. »

L’homme, son supérieur, gratte son crâne dégarni, nerveux, ses mains sont moites, tremblantes… Le genre de type dégueulasse qui vendrait père et mère pour être gradé d’avantage et cette affaire ne lui plait pas du tout. Il lance un regard sévère à Denise, enfin il tente…

« - Qu’est-ce qu’il veut ? »

« - Mickeal, il a divagué sur lui. »

« - Hé bien donnez lui bon dieu ! On ne peut pas se permettre la moindre erreur ! Si cette affaire
s’ébruite et que ça se sait… »

La femme tiqua, elle n’était pas certaine qu’il fallait lui donner ce qu’il voulait… Justement ! Mais qu’est-ce qu’elle y pouvait, elle.

~

Une trentaine de minute plus tard, l’on sonna à la porte de la chambre d’hôtel… La porte s’ouvrit dans un grincement, l’hôtel était miteux, la lumière faible et vacillante, l’ampoule semblait prête à rendre l’âme, elle grésillait et les volets étaient fermés, mais ce n’est pas ce bruit qui gênait Mickeal, c’était la respiration suffocante venant de la forme prostrée sur le canapé. La pièce était silencieuse à part ça, quand il tenta de chercher Natys des yeux en avançant prudemment dans la pièce, son regard stoppa sa progression sur la main inerte, abandonnée sur le sol loin de son propriétaire… Une main au milieu de traces de sang… Glauque, vraiment glauque… Il avait une putain d’envie de prendre ses jambes à son cou.

Soudain la porte claqua, le bruit du verrou retenti et il se retourna brusquement pour retrouver la silhouette familière de son… Non, il n’était plus « son » quoique ce soit… A cette vue un mélange de sentiments contradictoires le prit, il avait envie de rendre ses trips et de déverser toute sa colère et sa rancœur contre lui, sa peine, déception, ça il pouvait comprendre, mais pourquoi il avait également envie de le prendre dans bras ? Sérieusement, il faudrait qu’il aille consulter, s’il sort de là.

« - Mickeal, te voilà enfin. »

Et enfin il sortit de l’ombre et il le regardait, il était toujours le même, il aurait voulu voir quelque chose de différent, qui lui aurait permit de se dire « non ce n’est plus le même »… Mais à bien y regarder il était parfaitement identique, le même que la veille, que l’avant-veille… Il avait toujours eu cette lueur un peu folle dans ses yeux saphir… Toujours il avait esquissé ce genre de petit sourire moqueur au coin de ses lèvres… Il ne l’avait jamais vu, mais il avait toujours été ainsi.

« - Natys… »

Et là il lui souriant, il était heureux, heureux qu’il dise son prénom peut-être… Heureux de le voir, et son sourire semblait doux… Tellement doux que Mickeal trouvait ça malsain, et encore une fois deux sensations s’opposèrent en lui, il avait envie de gerber, de lui en foutre une, autant qu’il avait envie de lui dire qu’il allait arranger tout ça... Arranger tout ça ? Ridicule.

Doucement Natys le contourna, tournant autour de son amant, son sourire restant accroché à ses lèvres.

« - Tu es venu, alors… »

Mickeal haussa un sourcil, il le suivait du regard, tournait sur lui-même pour ne pas se retrouver dos à lui…

« - Ce n’est pas comme si tu m’avais laissé le choix. »

Natys rit, allumant une petite lampe de chevet prêt du canapé, en s’asseyant à côté de sa victime, qui sanglotait en tenant, semble-t-il son moignon… Puisque la main qui devait y être rattaché normalement servait de décoration au sol. L’homme semblait au bout du rouleau, plus que sa main coupée, ses balancements montraient qu’il était mentalement atteint. Natys passa une main dans les cheveux blonds sales de sa victime, comme on le fait avec un chien… Sa voix mielleuse lâchant un petit « Chuut. ».

« - Désolé, Michou… Ce cher Gorges a quelques problèmes de comportements. »

« - Il s’appelle Matthew… »

« - Ah oui ? Georges lui va beaucoup mieux, je trouve. »

Mickeal s’agaça vite de cette discussion sans intérêt, Natys se moquait de lui…

« - … Pourquoi ? Nous étions heureux, non ? »

Le sourire de Natys se fana et il haussa les épaules, jouant avec les cheveux du pauvre homme mutilé.

« - Je m’ennuyais… Mais ça va maintenant… Je ne suis pas déçu, l’expression de ton visage est fabuleuse, mieux que ce à quoi je m’attendais… Toi tu es déçu… Choqué… Mais en même temps tu ne sais pas… J’aime beaucoup te voir comme ça. »

Mickeal serra les dents… Natys avait donc tué tout ses gens pour en venir à ça ?

« - Je ne comprends pas… Et après qu’est-ce que tu comptes faire ? »

Le brun sourit, un air songeur sur son visage d’ange. Il semblait réfléchir à la question.

« - Je ne sais pas… Je n’ai pas prévu d’après… Tu vas m’arrêter, de toute façon, non ? Ô, mon grand héros… »

« - Tu te laisserais arrêter ? »

Natys éclata de rire, mais quel naïf !

« - Mais oui, même qu’on pourrait recoller la main de Georges avec de la glue et ressusciter les
autres en dansant la Maccarena autour des restes que j’ai laissé, puis on fera un remix de
thriller... Mon ange, t’es con ou quoi ? Je veux ma scène finale ! »

Mickeal tiqua en voyant que le tueur se foutait de sa gueule… Il mordit sa lèvre…

« - Alors, pourquoi je suis là ? »

Natys soupire devant ce manque de perspicacité…

« - Voyons, c’est normal, tu es mon amoureux. ~ »

Et il se releva, doucement, puis il pointa son arme sur Mickeal.

« - Ne bouge pas. Maintenant que tu es là, je dois juste me débarrasser de Georges, il est inutile maintenant, en plus il sent mauvais… Et il encombre le canapé… C’est regrettable. »

Les yeux de Mickeal s’écarquillèrent, il fit un pas en avant et Natys tira à ses pieds.

« - Qu’est-ce que tu ne comprends pas dans « Ne bouge pas » Mon chou ? Tu es quand même bien cruel… Je vais devoir bâcler mon travail, puisque tu ne te tiens pas tranquille. »

Il saisit le bras de George ou plutôt Matthew… Ouvrant les volets et la fenêtre, puis il le poussa contre la rambarde, elle était basse, lui arrivant au niveau du bassin.

« - Saute. »

L’homme était tremblant, il avait suivit Natys jusqu'à la fenêtre comme un automate. La voix du tueur se fit plus douce, enfantine.

« - Aller Georgy ! Sois gentil et saute. »

L’homme ne se décidait toujours pas à sauter, Natys détourna son flingue de Mickeal en le menaçant de son couteau et tira dans la tête du pauvre Georges, qui bascula dans le vide, sous le hoquet terrifié de Mickeal...

Aussi vite l’homme balancé par-dessus bord, Natys referma fenêtre et volets. Souriant de toutes ses dents.

« - Nous avons enfin plus d’intimité… Tu n’es pas heureux, Michou d’amour ? »

Celui-ci était pétrifié, entendre et savoir ce que son amant faisait était une chose, mais le voir…

« - Tu es monstrueux… »

Natys eut un sourire, en jouant avec une mèche ébène de ses cheveux, il se regarde dans le reflet de la fenêtre souriant de façon hautaine.

« - Je me trouve plutôt séduisant moi.. »

Chantonne-t-il joyeusement en tournant sur lui-même pour le regarder, il se baissa pour ramasser la main restante au sol.

« - Oh, le pauvre chou a oublié ses affaires, fin il en a plus besoin. »

Il ouvrit la poubelle tout aussi miteuse de la chambre et jeta la main dedans.

« -Pour le tri des déchets on repassera. »

C’est à ce moment là que Mickeal se décida à agir, et à entamer une lutte avec Natys. Se débâtant, se donnant des coups en roulant sur le sol. Après plusieurs minutes de lutte l’inspecteur parvint à immobilisé le tueur à terre. Celui-ci se mit à rire.

« - Tu peux pas t’empêcher de me plaquer contre des trucs ? C’est pas très sérieux ça.»

Mickeal le regardait avec un certain effarement, Natys était malade, il venait de tuer quelqu’un, il le menaçait depuis tout à l’heure et là il riait quand Mickeal le maitrisait au sol…

« - Ne me regarde pas comme ça… Tu as l’air idiot... Alors ? Qu’est-ce que tu comptes faire maintenant ? »

Mickeal posa sa main sur sa joue, presque avec tendresse avant de se dégoûter de ce geste, le plaquer un peu plus violemment au sol, sous le sourire tranquille du tueur… L’inspecteur libère une de ses mains en le maintenant toujours et agrippe son téléphone.

« - … »

« - Mickeal ? Mickeal ? C’est toi ? Putain, un mec vient de passer par la fenêtre, ça va ? »

« - Suspect maitrisé. Vous pouvez venir. »

Trancha-t-il d’une voix neutre, un peu comme un petit robot. Il n’était plus en état d’en dire plus… Qu’aurait-il pu dire de plus de toute façon.

Les minutes suivantes, l’inspecteur resta étranger à ce qui se passait autour de lui, on enlevait Natys de sa poigne, celui-ci avait toujours son sourire tranquille… Flippant. On lui posait des questions et il répondit par automatisme.

« - Il manque un membre à la victime. »

Annonce la voix de sa collègue, il la regarde avec un air vide… Avant de sortir de sa torpeur.

« - L-la… La poubelle. »

Savoir que son… Euh il était quoi à présent pour lui ? Enfin, il était fou. Et s’était moins éprouvant quand il le savait juste que quand il l’a vu de lui-même…

Oh, le voilà dans une salle d’interrogatoire, les murs étaient d’un gris terne, sans attrait, la table en ferraille elle semblait un peu métallique, mais sa couleur était tout aussi fade, il était assit sur une chaise, mais il n’avait pas vraiment prit la peine d’en détailler l’aspect.

Il était assit, ou plutôt presque en tailleur sur sa chaise… Ses jambes s’appuyant sur la table, son dos reposant sur le dossier, son coude appuyé sur son genou, et la main plongée dans ses cheveux d’une façon songeuse… Or, le léger sourire de ses lèvres, satisfait, détrompait cette posture songeuse est rendait le personnage malsain, surtout vu la situation dans laquelle il se trouvait. Il avait l’air de quelqu’un qui avait réussi son coup…

Il y avait un homme en face de lui, qui lui parlait… Visiblement, ils avaient les preuves nécessaires pour l’inculper pour ses deux derniers meurtres, mais pas pour les précédents. Il voulaient surement être certains qu’il les avait bien tous commis… Ce serait tellement bête de laisser un quelconque autre tueur dans leurs rues.

Mais il n’écoutait pas, il ne bougeait pas. Jouant avec ses cheveux sans accorder un seul regard à l’agent qui l’interrogeait vainement.

« - Natys ! Il est dans votre intérêt de coopérer ! »

Il releva un regard vague sur l’homme… En quoi ce serait dans son intérêt ? On savait déjà qu’il en avait tué deux… En avouant en avoir tué plus, il était pas vraiment sûr que sa situation s’améliore. Mais son sourire s’étira, et l’homme se glaça en déglutissant.

« - Evidemment, où avais-je la tête… »

~

Mickeal regarda un énième collègue sortir de la salle d’interrogatoire en courant vers les toilettes, il nota qu’au moins celui-ci avait eu la décence d’attendre d’avoir rejoint les sanitaires, avant de rendre ses trips. Oh, ils ne rendaient pas tous leurs trips, certains ressortaient tout rouge, ou encore en tremblotant.

Il soupira, il ne savait pas vraiment ce que Natys pouvait bien leur dire, ni comment il devait leur dire… Mais ça devait pas vraiment être très réjouissant, vu la tête de la plupart de ses collègues… Il entendait vaguement le bavardage de deux officiers derrière lui. Mais il cessa quand un autre agent sortit de la salle, tout pâle en répétant une sorte de « Il est complètement malade… »
Accompagné de quelques marmonnements un peu glauques et un peu étranges, tel que « Ouvert le crâne, asticots, c’est plein de fibre, mange tes légumes. » Surement en rapport avec ce que Natys devait raconter, ça avait l’air d’être sacrement incompréhensible.

Natys devait tout faire pour les user mentalement, sans vraiment n’admettre aucun autre meurtre. Pire encore, la plupart des agents disaient qu’il avait l’air de jubiler, en leur racontant tout ça… Et que c’était vraiment flippant… Le tout y passant, la reproduction humaine, la décomposition des corps… Les légumes qu’il fallait manger, et qu’il ne fallait pas manger les vieux légumes, parce que c’est du cannibalisme et des tas d’autres choses dans ce genre là… Tout ça avec un petit air de sociopathe…

Ses doigts pianotent sur la ferraille, il attend sa prochaine « victime ». Ses ongles faisant sonner la surface lisse de la table… Il patiente, l’air calme, serein… Son regard curieux posé sur la porte, il attend, attend. Mais toujours rien, personne ne vient… Ils ont peur ? Pourtant Natys ne mord pas… Enfin, pas vraiment. Ou peut-être bien que si ? Il réfléchit, en aurait-il mordu un ? Non, non ce n’est pas dans ses habitudes.

Mais enfin la porte grince pour laisser à paraître… Oh ! God, ne serait-ce pas le mythique et ban-… Heum… Beau, beau… Héros de son cœur ? Et bien oui. Quel manque de professionnalisme d’envoyer un inspecteur mêlé à l’affaire, tiens. M’enfin, il n’allait pas se plaindre, c’est ce qu’il avait prévu…

« - Mickeal, mon amour …»

Et Natys s’était alors levé, pour la première fois depuis qu’il était ici… Un sourire charmeur aux lèvres… Il avait contourné la pièce, et Mickeal était resté debout, ne le laissant pas passer derrière lui…

Mais ce n’était pas vraiment le but de Natys, celui-ci s’était accoudé à la porte, avec un sourire tranquille. Puis avait glissé une main sous son chandail… Mickeal avait haussé un sourcil, devant cette provocation… Du moins, il croyait. Mais, il n’eut pas vraiment le temps de réagir ni de comprendre, la surprise la plus complète peinte sur son visage… Mais s’était déjà trop tard. Il s’écroula.

~

Natys eut juste le temps de faire un pas, mais il chancelait déjà, ce pas lui évita néanmoins d’être assommé par la porte s’ouvrant avec fracas, mais déjà il se retrouva maitrisé au sol, éclatant de rire.

Il avait réussit ! Il n’en avait plus rien à faire maintenant… De combien il prendrait… Surement à perpét’… Mais il s’enfichait… Il allait échapper à sa peine…

Le brouhaha ambiant lui était déjà étranger, il ne faisait plus que sourire, se remémorant la dernière expression de son héros… Enfin, défunt héros. Ahhh… Que cette stupeur peinte sur son visage lui avait parût jouissive… C’était son chef-œuvre.

Oh, il se sentait un peu faible… On le comprima au sol, l’empêchant de reprendre une bouffée d’air… Une bouffée d’air qu’il avait déjà du mal à reprendre tout seul…

~

« - Lâchez-le… Il est mort. »

L’homme qui maintenait Natys au sol relâcha son corps avec surprise, vérifiant son pouls, incrédule.

« - Il était vivant, il y a deux minutes ! »

« -Mickeal aussi et regarde, il est mort. Une balle entre les deux yeux… Natys a dû subtiliser une arme à un de nos agents. Et pour lui… »

La blonde pointant Natys avec une moue sévère.

« - Empoisonnement, je suppose. »

Abandonné sur une des tables de la morgue, en attente surement qu’on puisse lui trifouiller un
petit coup les organes… Natys reposait là, immobile et affreusement pale… Jusqu’à ce que l’air remplisse à nouveau ses poumons et qu’il se redresse d’un seul coup, manquant de s’étouffer, toussant.

Il resta un moment engourdi, il faut dire que simuler sa mort… Surtout avec des produits dangereux comme ça… Ce n’était pas de tout repos… Il jugea qu’il s’en était bien sorti… Il avait songé à y rester, mais bon faut pas croire, Mickeal ne valait pas autant de sacrifices.
Il prit son temps pour récupérer, observant son environnement, hm le soir… Il eut un sourire satisfait, jubilant de sa dernière mise en scène… Une véritable tragédie… C’était affreusement beau.

Maintenant, surement lui fallait-il partir, son manque d’identité ou plutôt sa notoriété… Un criminel censé être mort dans les rues, pas cool pas cool… Ah ! Diantre ! Il n’avait plus d’assurance vie !
Il était un mort-vivant ! Sans la peau qui se décolle, mais un mort-vivant quand même. Et merde, qu’est-ce qu’il trouvait ça cool.

Maintenant, il lui fallait partir en voyage, prendre l’avion ou le bateau… Et atterrir dans un quelconque endroit sympa, le - OH MERDE, il venait de tomber dans une putain de brèche !

Details
Natys a un certain mode operatoire, mais il pourrait très bien le modifier, l'art toussa toussa, vous pouvez pas comprendre. Un des trucs qui pourrait l'effrayer ? Les zombies, chiant de voir des gens qu'on a buté revenir.
Come on ! Who are you?
Pseudo : Lulu Shady...
Age : 722 ans et des poussières non ? *sort*
Code du règlement : Validé by Reality
Comment avez vous connu le forum ? Je me souviens plus, une lumière m'a éblouie
Votre avis : C'est lumineux
codage fiche par Loun-Ao


Dernière édition par Natys Haagen le Lun 28 Jan - 10:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reality

avatar

Célébrité sur l'Avatar : Crack
Double Compte : Amadeus M. Wolfward
Messages : 264

MessageSujet: Re: Hey ! I'm an awesome monster.   Dim 27 Jan - 14:20

SHADYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYY :66:

Fais moi ce physique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Druitt
Jack The Ripper
avatar

Célébrité sur l'Avatar : Christopher Heyerdahl
Messages : 149
Fiche : Mon lourd passé...
Age : 27

My Life in Lumen
Monde d'Origine : Sanctuarian
A traversé la brèche en : Juin 2011
Est arrivé à Lumen en : Janvier 2010

MessageSujet: Re: Hey ! I'm an awesome monster.   Lun 28 Jan - 7:21

... J'approuve totalement le choix de l'acteur =D

Et je sens bien que bientôt, les psychopathes meurtriers de Lumen vont monter un club et se réunir dans l'arrière salle d'un petit bar miteux façon mafia =D xD

_________________
Montague John Druitt
"How dare you question my motives? My... Feelings? You hunt me like an animal. After all we've been through... My heart... is yours. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sherlock Holmes
The high functioning sociopath
avatar

Célébrité sur l'Avatar : Benedict Cumberbatch
Messages : 131
Fiche : My Story
Age : 22

My Life in Lumen
Monde d'Origine : Sherlockian
A traversé la brèche en : 1 avril 2010
Est arrivé à Lumen en : 15 janvier 2010

MessageSujet: Re: Hey ! I'm an awesome monster.   Lun 28 Jan - 8:06

Un psychopathe de plus... Je sens que je vais avoir beaucoup de travail moi... John, vient là !

Je ne peux pas m'empêcher de le dire, ton histoire est horriblement géniale ! Le style du récit, les idées, l'agencement... Magnifique !

_________________
My name is Sherlock Holmes
« I am bored !
Anyone ? Anything ? Is the whole world just going to let me die of lethargy ?
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natys Haagen
Awesome Psychotic Man.

avatar

Célébrité sur l'Avatar : Colin O'Donoghue
Messages : 25
Fiche : Hey ! I'm an awesome monster.

My Life in Lumen
Monde d'Origine : Primeval
A traversé la brèche en : Septembre 2008
Est arrivé à Lumen en : Avril 2010

MessageSujet: Re: Hey ! I'm an awesome monster.   Lun 28 Jan - 10:16

Si tu payes ta tournée John... 8D

Roh, merci Sherlock, ça fait plaisir \o/

Je ne dirais plus qu'une chose : LIGHTYYYY. ♥

_________________
I'm a bastard, but a good one


When I was young, I smoked, so my guidance counselor told me "you will be a thug", I think he was a psychic.
Fiche par ©️Yuki Shuhime Pub City, ne pas reproduire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reality

avatar

Célébrité sur l'Avatar : Crack
Double Compte : Amadeus M. Wolfward
Messages : 264

MessageSujet: Re: Hey ! I'm an awesome monster.   Lun 28 Jan - 10:19

NATYYYYYYYYYYYYYYYYYS JE T'AIME !!!! :yeah:

Validée !

N'oublie pas de créer ta fiche de liens Ici et ton journal de bord .
Ainsi que de poster le lien de chacun d'eux ainsi que de ta présentation dans les champs prévus à cet effet dans ton profil.
Si tu es du genre timide, tu peux lancer une demande général de RP juste Ici.

Tu connais, t'as l'habitude des forums hein ! :jumponyou:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hey ! I'm an awesome monster.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Hey ! I'm an awesome monster.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 03. Awesome ? Not really...
» Monster Mercenary Card
» Monster truck en chariot de guerre
» Nos beau Accessoire du monster Combo
» TOTALLY AWESOME | get myself to Hogwarts

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Reality is Broken :: Everything is here for a reason ~ :: Who is your character ? :: x.You Can Play.x-