Partagez | 
 

 M. 04 - Arrivée à Lumen [PV Ama]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: M. 04 - Arrivée à Lumen [PV Ama]   Mar 23 Oct - 13:41

Amadeus M. Wolfward Ҩ Mescaline R. Deacon


Un autre monde, un autre univers, une autre réalité. C'était beaucoup de changement en si peu de temps. Déjà que certaines personnes ne s'y faisait jamais à changer de pays, voir même de ville, alors imaginez changer de monde. Il y avait de quoi avoir peur et flipper complètement. Se retrouver dans un endroit différent, trompeur, là où l'on a jamais mis les pieds et dont on a aucun repère pour se guider, c'était réellement effrayant. Et surtout paniquant. N'importe qui aurait peur, ne serait-ce qu'un tout petit peu dans de telles circontances. Mescaline, quand à elle, n'en eut pas qu'un peu peur. Elle paniqua énormément sur le coup. Lorsqu'elle s'était couchée, tout avait été normale. Par chance, cela n'avait pas été un soir où elle devait servir de victime à son beau-père. Elle avait bordé ses soeurs, étudier un peu puis elle s'était mise également au lit. Elle était loin de se douter que c'était pour la dernière fois dans ce lit.

Lorsque Mescaline ouvrit les yeux le lendemain matin, elle était aveuglée par le soleil. Elle était dehors. Il lui fallut un bon moment avant de comprendre qu'elle était allongée sur le sol, sur le béton glaciale. Particulièrement surprise, elle se leva et regarda tout autour d'elle. Elle n'avait aucune idée d'où elle était. Elle n'avait aucun souvenir d'avoir déjà mis les pieds à cet endroit. Cela ne pouvait pas être à Londres. Du moins, pas le Londres qu'elle connaissait. La première journée, la jeune femme fit tout pour retrouver son chemin, pour découvrir où elle était, mais les réponses qu'elle obtint étaient loin d'être satisfaisantes. Lumen? Qu'est-ce que c'était, Lumen? Elle n'en avait jamais entendu parler, et pourtant, elle était très douée en géographie. Et puis, il fallait absolument qu'elle ne retourne à Londres. Si elle ne revenait pas, elle ne donna pas grand temps à ses soeurs pour subir le fléaux Joshua. Et elle devait à tout pris empêcher cela. Elle ne pouvait pas les laisser subir de telles choses. C'était inconcevable. Ses soeurs devaient être protéger et il n'y avait qu'elle qui pouvait le faire. La deuxième journée, après avoir passer une froide nuit à dormir dehors, la jeune Deacon tenta d'en découvrir un peu plus et questionna les personnes qu'elle rencontra. Personne ne su de quoi elle parlait. Liverpool, l'Angleterre... Cela semblait être des termes inconnus pour ses gens. La pauvre fille était totalement perdue. Elle était déboussolée et marchait sans réelle but, dans l'espoir de trouver un point de repaire où une personne qui pourrait l'aider. Mais elle était seule. Même si elle n'était qu'en chemise de nuit dans le froid d'avril, personne ne semblait porter attention à elle. Elle n'était qu'une sans abri parmi d'autres.

Lorsqu'elle se coucha pour sa deuxième nuit à la belle étoile, Mescaline n'avait trouvé mieux comme endroit qu'un banc dans un parc désert. Ainsi, elle n'était pas directement sur le sol glacé. Elle regardait le ciel et se demandait ce qu'elle se posait comme question depuis qu'elle était arrivée ici. Comment rentrer chez elle. Mais cette fois, une autre question lui vint en tête. Une question qui venait tout juste d'apparaitre et qui ne lui avait même pas effleurer l'esprit avant cela. Comment était-elle arrivé à cette endroit? Est-ce que Joshua l'avait drogué et emmener ici pour se débarrasser d'elle? Bien sûr que non. Pourquoi voudrait-il jeter son jouet si précieux? Cela devait être autre chose. Mais quoi? Ce n'était certainement pas ses soeurs qui lui avaient jouer ce mauvais tour. Qui d'autre? La jeune Deacon n'avait pas réellement d'ami ni d'ennemi. Elle était discrète et peu sociale, on ne la remarquait jamais. Alors qui ou quoi pourrait être responsable de cette plaisanterie de mauvais goût? Quoi qu'il en soit, Mescaline voulait vraiment rentrer chez elle. Elle voulait retrouver ses soeurs, ses affaires, prendre une douche et dormir dans son lit moelleux. Mais plutôt que cela, la dernière image, embrouillée par les larmes, qu'elle vit avant de s'endormir était le ciel remplis de ses étoiles qu'elle ne connaissait pas.

Mescaline se fit réveiller par un homme. À la seule vue de cet inconnu, elle su qu'elle devait prendre ses jambes à son coup, ce qu'elle fit sans attendre. Elle ne regardait pas où elle allait. Tout ce qu'elle savait, c'était qu'elle s'éloignait de ce type qui ne pouvait pas vraiment être plus louche, vu là où il avait les mains. En quelques minutes, la jeune femme se retrouva près d'une source d'eau. Elle ignorait s'il s'agissait d'une rivière, d'un lac ou d'un océan, mais l'odeur marine qui se dégageait dans les rues ne pouvaient pas tromper. Ses pied prirent automatiquement ce chemin. Le port était sans doute l'endroit par lequel elle aurait du commencer. Là-bas, il y aurait à coup sûr des gens capable de lui dire où elle était et peut-être même capable de la ramener chez elle. Elle l'espérait de toute coeur, du moins. Il ne devait pas être très tard dans la matinée lorsqu'elle atteint le port. Mescaline n'était pas dans son meilleur état. Elle avait les cheveux en bataille, elle n'était pas des plus propres et sa chemise de nuit pouvait laisser paraître plusieurs de ses ecchymoses monstrueux qu'elle avait aux épaules et aux jambes. Elle était dans un tel état qu'aucun des pêcheurs, marins et même passants ne répondirent à ses questions. Ils s'éloignaient tous, un air pratiquement dédaigneux au visage. Pourquoi personne ne voyait à quel point elle était en détresse? À quel point elle était perdue? Cela se voyait pourtant !

Désespérée, Mescaline s'éloigna légèrement du port. Elle se trouva un petit endroit, tout près, là où elle pouvait encore avoir une vue sur les quais. Entre deux immeubles, là où il n'y avait à peine un espace pour passer, elle s'y installa. Elle s'assit par terre, déjà épuisée, tirant sa chemise de nuit le plus bas possible pour la protéger du froid. Que pouvait-elle faire maintenant? Elle était seule dans une ville, dans un pays, dans un monde qu'elle ne connaissait pas. Et personne ne voulait l'aider.

fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Amadeus M. Wolfward
♱ Blink and you're Dead
[Weeping Angel]

avatar

Célébrité sur l'Avatar : Misha Collins
Double Compte : Reality
Messages : 266
Fiche : Click Ici
Age : 26

My Life in Lumen
Monde d'Origine : Whovian
A traversé la brèche en : 20 Octobre 2009
Est arrivé à Lumen en : 20 Février 2010

MessageSujet: Re: M. 04 - Arrivée à Lumen [PV Ama]   Mar 6 Nov - 17:25

Les pas raisonnaient sur les pavés de la place tandis que l’imperméable voltait au gré du faible vent et de la marche rapide de l’homme. Comment diable s’était-il retrouvé à filer ce type ? Il était sorti de chez lui, comme chaque matin, avec l’idée de se rendre au bureau où il espérait passer une journée plutôt pépère. Il faut dire qu’il s’était réveillé avec ce sentiment typique du « J’veux pas y aller maman, laisse moi dormir », il avait à peine bu un café qui n’avait pas vraiment aidé à le sortir du brouillard. Dehors, mains dans les poches, il avait avancé tranquillement une bonne partie du chemin jusqu’à l’apercevoir. Sa proie, était un policier sans grande importance mais dont la rumeur courait qu’il acceptait des pots-de-vin en échange de laisser ou de faire échapper les détenus. Bien évidemment, la chose restant au rang des « On dit » il n’y avait pas de preuves. Du coup, lorsqu’il l’avait croisé et lui avait trouvé un air « Jesuispressé-J’airendezvous-Jesuismalhonnête », il avait décidé de le suivre.

Il lui avait d’abord laissé une bonne avance avant de changer de direction et de ne plus le lâcher d’une semelle. Il avait l’appareil photo près. Parce que, c’était la base de tout bon journaliste, toujours avoir un moyen de récolter des preuves un tant soit peu tangibles. Enfin, actuellement, il était dans sa poche mais il savait dégainer l’objet plus vite que Lucky Luke son revolver, à peu de chose près, bon. Vingt minutes plus tard, il s’était donc retrouvé sur la place circulaire de Lumen à demi-ultra-attentif à ce qu’il faisait et à demi- « Putain-qu’est-ce-je-fous-là-je-veux-zoner-derrière-mon-bureau ». Ouais, il avait les matins difficiles…longuets. N’empêche, qu’il avait toujours les bons reflexes pour ne pas se faire repérer, comme quoi…Pavlov, c’était pas forcement de la connerie.

Le truc, c’est que encore une demi-heure après, il se retrouvait non loin du port et il n’y avait toujours aucun signe d’un entretient entre l’homme et…et quelqu’un d’autre quoi. Bon, il fallait qu’il soit patient, sa fatigue le lui faisait presque oublier. Pour sur que si rendez-vous il y avait, il ne se déroulerait pas dans un lieu trop fréquenté à la vue et au su de tous.

Et c’est là, quelques mètres plus loin que tout capota. Il était arrivé au port, suivant toujours, discrètement l’homme. Et là, il avait eu le malheur de regarder ailleurs durant une demi-seconde. Pourquoi ? Parce que son regard avait été attiré par une fille qui déambulait parmi les marins et autres bordels qui encombrait le lieu. Bon, c’est pas tant le fait qu’elle soit une fille qui l’avait détourné de son attention première mais plutôt son allure. Elle ne semblait franchement pas d’ici. Malheureusement, à peine avait-il eu le temps de se dire que ce n’était pas son problème. Après tout, si elle débarquait d’ailleurs, elle n’était pas la première et finirait bien par s’en sortir. Que le flicard avait disparu dans la jungle qu’était l’endroit actuellement. Bien évidemment, il n’avait pas renoncé. Il l’avait d’abord cherché du regard, avancé, tourné, avancé…en vain. Il s’était volatilisé. Il laissa échappé un juron, et battit l’air dans un geste d’humeur. Ce ne serait pas aujourd’hui qu’il aurait ce qu’il faut pour faire enfermer ce salopard. Parce que ouais, il tendait fortement vers le fait que les rumeurs étaient vraies. Même si, il laissait un peu le bénéfice du doute. Un peu…

Entre vingt et trente minutes après la perte de son sujet et maintenant, il se rendit à l’évidence et tourna les talons pour prendre le chemin du Lumen’s Laws & News. Seulement, après quelques mètres, le souvenir de la fille aperçu un peu plus tôt lui revint à l’esprit. Au départ, il faillit l’ignorer puis plus il y pensait plus il se disait qu’elle paraissait bien plus perdue que tout les autres nouveaux qu’il avait croisé jusqu’alors. Surtout lorsqu’il pensait à sa tenue peut conventionnelle pour sortir dans la rue, si elle venait d’arriver, elle n’aurait pas été aussi sale. A moins qu’elle dorme dans une chemise de nuit crade. Et si ça faisait plusieurs jours, la seule raison qui expliquait sa tenue était qu’elle n’était tombé sur personne pour lui expliquer et l’intégrer. Ce qu’il trouva d’ailleurs étrange, quoique bien que ce soit fait plus rares, il arrivait encore que certains èrent sans tomber sur les bonnes personnes. Parce que ouais, malgré la situation, il restait toujours des cons qui préféraient refouler les gens au lieu de prendre cinq minutes ne seraient-ce que pour les infirmer un minimum. Enfin bon !

Il se mit donc à la chercher, se renseignant auprès des types qui avaient dû refuser de lui répondre à elle, mais ça, il l’ignorait. A vrai dire, il n’était même pas sur de la retrouver, elle avait peut-être fini par tomber sur quelqu’un d’intelligent. Mais plus il se renseignait et plus il se rendait compte que ce n’était certainement pas le cas. Seulement, après un bon moment de recherche, il commença à se dire qu’elle avait dû quitter le port et qu’il ne le recroiserait sans doute jamais. Ce qui d’un côté, n’était pas plus mal. Pourquoi est-ce qu’il s’embêtait avec ça, au juste ?

Du coup, on pouvait clairement appeler cela un tour du destin lorsque le vent se mit à emporter le chapeau d’une passante et que gentil et encore atrophié du cerveau par la fatigue comme il l’était, il se mit à courir après pour le rattraper. Sauf que le vent soufflait tant et si bien que le chapeau s’engouffra entre deux immeubles. Et lorsqu’il y arriva, il retrouva le couvre-chef sur les genoux de

_ Ah bah t’es là !

…Attend, c’était quoi cette familiarité ? Vraiment, Amadeus repose toi ! Juste parce que tu cherchais quelqu’un quelque minute en s’inquiétant légèrement ne voulait pas dire que tu les connaissais et que tu pouvais les tutoyer ! Hm. Il récupéra le chapeau, probablement tendue par la jeune fille, et le rendit à sa propriétaire qui arrivait tout juste derrière lui. Cette dernière le remercia et s’en alla.

Quant au journaliste, lui, il reporta son attention sur la demoiselle.

_ Excusez-moi. Je me suis emporté, ça fait un moment que je vous cherche. Enfin, je veux dire, je vous ai aperçu tout à l’heure et vous sembliez totalement perdue…C’est le cas, ou je me trompe ?

Il s’efforçait à regarder son visage, pour éviter de la mettre mal à l’aise en portant son regard sur sa tenue fort légère. Il s’était abaissé, accroupie à demi et lui tendait la main pour l’aider à se relever si elle le souhaitait.

_________________




Trois chocolats de reçus ~ Blue Collins ♪
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: M. 04 - Arrivée à Lumen [PV Ama]   Dim 27 Jan - 10:54



Certaines personnes disent que, dans les situations les plus désespérées, il y avait toujours de l'espoir. Certains optimistes disent qu'il faut toujours voir les choses du bon côté, qu'il faut laisser les mauvaises choses loin et ne pas s'en préoccuper. Qu'il n'y avait toujours un arc-en-ciel après un orage. Mescaline s'était toujours efforcée de voir les choses de cette façon. Elle n'en avait pas le choix. Lorsqu'elle était plus jeune, elle avait rapidement appris a optimiser. S'il avait fallut qu'elle ne dramatise les choses où bien qu'elle ne s'y résigne comme étant une victime de la vie, elle se serait, sans l'ombre d'un doute, suicider depuis bien longtemps. Mais elle était coriace, la petite victime. Elle était une battante et avait sa cause à défendre. Sa cause à protéger. Elle avait ses sœurs. Elle les avait élever et, sans elle, les enfants ne seraient plus rien dans ce monde cruel. Elle devait préserver leur innocence. Cependant, maintenant qu'elle était si loin, bien plus loin qu'elle ne le pensait, Mescaline ne pouvait plus être là pour ses sœurs. Elle ignorait combien de temps elle allait être loin de la maison et même si elle y retournerait un jour. Et cela lui brisait le cœur. Tant d'année à se battre pour ses petites sœurs, tant d'atrocités dont elle a du enduré. Tout cela pour quoi? Si elle ne retrouvait pas très vite un moyen de rentrer chez elle, elle ne donnait pas une semaine avant que Joshua ne se mette en colère et ne s'en prenne à Mary-Jane et Annies. Mais en cet instant, toute espoir l'avait abandonné. Elle ne voyait plus de bon côté, elle ne pouvait plus être optimiste. Elle n'avait aucun contrôle sur la situation et donc aucune façon de trouver un moyen de régler le problème. Pendant deux jours, elle avait tout fait pour retrouver ne serait-ce que l'endroit où elle était et toutes ces tentatives avaient été en vain. Il était évident qu'elle ne parviendrait pas à retrouver un moyen de rentrer chez elle. Il était évident que ses sœurs allaient devoir se débrouiller sans elle.

Au bord du désespoir, Mescaline était assise entre les deux immeubles. Elle avait à peine suffisamment d'espace pour bouger. Elle s'était adossé contre l'un des murs, les jambes repliées vers elle. Ses genoux étaient écrasés contre sa poitrine et ses pieds touchaient le plus. Elle ne pouvait pas s'étirer. Elle ne pouvait que rester assise sans penser à comment elle allait s'y prendre pour se relever de là. Elle n'y pensait même pas. Au départ, ses seules pensées n'avaient été que pour ses sœurs. Elle était loin d'être croyante, mais pourtant, elle priait pour qu'elles ne s'en sortent, pour qu'elles s'enfuient ou bien pour qu'un drame tombe sur Joshua et ne le tue. Ce n'était pas très gentil, mais ce genre de pensée, elle les avait eut plus d'une fois. La mort de Joshua aurait été un si grande libération autant lorsqu'elle était là-bas que maintenant. Qu'il meurt. Seulement, plus le temps passait, plus ses pensées devenaient confuses, jusqu'à n'être plus que des échos de réflexion. Puis elle ne pensa plus à rien. Elle se contentait de fixer le mur, les yeux baignés de larmes qui ne cessait d'humidifier ses joues. Puis vint un chapeau pour la sortie de sa torpeur. Emporté par le vent, le couvre-chef vint se faire une chemin directement entre les deux immeubles pour se poser précisément sur ses genoux. Mescaline fixa le chapeau d'un regard vide. Elle ne se demanda même pas à qui était se chapeau. Pourquoi, après tout, prendrait-elle la peine d'aider quelqu'un à le retrouver alors que personne n'avait voulu l'aider, elle, à retrouver son chemin? Elle n'avait pas du tout l'intention de bouger. Elle fixa le vêtement, bêtement. Puis une voix vint à nouveau la sortir de sa torpeur qui s'était à peine ré-enclanchée. Sur le coup, la jeune femme ne pu même pas dit si l'homme s'adressa à elle ou bien au chapeau. Cela ne l'aurait même pas étonnée qu'il ne parle de son chapeau retrouvé. Elle se contenta de lever sur lui un regard lasse et désespérée, les yeux humides de larmes.

D'un geste machinale, Mescaline tendit le chapeau à l'homme. Elle attendit qu'il ne le prenne pour replit son bras et se recroqueviller à nouveau. Elle n'avait pourtant pas détourné le regard. Elle remarquait une dame qui s'approchait de l'homme et constata qu'il s'agissait du propriétaire du chapeau. Elle n'avait même pas remarqué qu'il s'agissait d'un chapeau de femme. La jeune victime s'attendait à voir partir l'homme en même temps que la dame qui avait récupéré son couvre-chef, mais ce ne fût pas le cas. Elle l'observa bien attentivement se retourner à nouveau vers elle. Elle cru tout d'abord avoir mal entendue. Elle ne s'attendait pas du tout à ce que cet homme ne lui annonce qu'il la cherchait. Après tout, elle avait parlé à un nombre de personnes étonnant et personne n'avait été foutu de l'aider. Alors pourquoi lui, il la cherchait? Pour l'aider? Peut-être pour l'arrêter? Était-ce illégale dans ce monde étrange au nombreux soleils de dormir dans la rue? Non, non ce n'était pas cela. Cet homme voulait vraiment l'aider. Du moins, il en avait l'air.


Je... Oui. Je m’appelle Mescaline. Où... Où sommes-nous?

La voix de la jeune femme était cassé. Elle ne bégayait pas. Elle avait simplement du mal à parler. Remarquant que l'homme lui tendait la main, Mescaline essuya ses larmes avec son poignet. Elle lui prit alors la main et se retourna. Lentement, péniblement, elle se releva, toute courbaturée.
fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Amadeus M. Wolfward
♱ Blink and you're Dead
[Weeping Angel]

avatar

Célébrité sur l'Avatar : Misha Collins
Double Compte : Reality
Messages : 266
Fiche : Click Ici
Age : 26

My Life in Lumen
Monde d'Origine : Whovian
A traversé la brèche en : 20 Octobre 2009
Est arrivé à Lumen en : 20 Février 2010

MessageSujet: Re: M. 04 - Arrivée à Lumen [PV Ama]   Mer 30 Jan - 13:45

En bon observateur, il valait mieux lorsqu’on chassait la nouvelle pour la publier aux yeux de tous, Amadeus avait remarqué la surprise de la demoiselle. Ce qu’il pouvait parfaitement comprendre. Il l’avait aperçu se faire refouler par d’autres personnes. Ça semblait logique qu’elle reste coi devant un parfait inconnu qui venait lui annoncer de but en blanc qu’il l’avait cherché pour l’aider. D’ailleurs, le comportement des passants l’avait surpris. Tout le monde était au courant pour les brèches ici, maintenant. La plupart du temps les Lumenians étaient plutôt avenant et prompt à expliquer un tant soit peu ce qu’il en était aux derniers arrivés. Peut-être était-elle extrêmement poisseuse et ne s’était adressé qu’à des idiots. Peut-être aussi qu’une certaine lassitude s’était installé chez les natifs.

Il lui adressa un sourire gentillet pour l’encourager à répondre. Il n’était pas trop sûr de comment s’y prendre pour ne pas l’effrayer. Il espérait qu’elle ne le prendrait pas pour un obsédé ou un psychopathe qui cherchait simplement à l’attirer dans son repère. Il fut du coup bien heureux lorsqu’elle lui répondit et même lui déclina son identité.

C’est à ce moment-là qu’il l’aida à se relever. Juste avant de lui répondre à son tour après lui avoir relâché la main.

_ Et moi Amadeus. Attend…Il vaudrait mieux t’asseoir avant et…

Il s’efforçait toujours de contrôler son regard. A vrai dire, s’il était descendu, il n’aurait pas eu de mauvaises pensées mais il ne voulait pas qu’elle l’imagine. Puis, il se souvint. Il retira son imperméable. Le climat de Lumen était assez chaud, mais il faisait parfois encore quelque peu frisquet pour la saison. Il lui posa sur les épaules en lui disant que ça serait sans doute mieux ainsi et la guida vers un banc non loin d’ici.

Il s’assit à demi pour se tourner vers elle. Il passa un coup sa main dans ses propres cheveux et finalement se lança.

_ Tu te trouves à Lumen. Si le nom de cette ville ne te dit rien c’est normal. Disons que…Tu n’es plus dans ton monde. Tu ne te souviens pas d’être passé à travers…quelque chose avant de tomber ici ? Tu n’es pas la première à qui ça arrive. A vrai dire, moi aussi je ne suis pas originaire de là. Je suis arrivé en Février, et nous sommes en avril.

Il se mordit la lèvre. Il plongea son regard dans le sien pour essayer de lui montrer qu’il ne mentait aucunement. La chose pourrait peut-être lui sembler tirée par les cheveux. Bien que, peut-être avait-elle remarqué toutes les lunes dans le ciel. Huit. Ça n’avait pas pu lui échapper. N’empêche que malgré ça, elle pouvait très bien décider de ne pas y croire.

Il reprit donc…

_ Je sais que ça peut sembler tirer par les cheveux. Ce que je ne comprends pas, c’est que normalement on aurait dû t’aider et t’expliquer tout ça. Les organismes d’aides mises en place ont du te rater.

Il s’arrêta là pour le moment. Afin de la laisser s’exprimer et qu’elle digère un peu les informations. Il se souvenait de son arrivé ici. Ce n’était jamais simple. Quoique certaines personnes prenaient ça extrêmement bien. Comme une seconde chance. L’occasion de repartir de zéro et de changer le court de leur vie de merde. Lui, il avait un fils et une femme qui lui manquait chaque jour et pour qui il ne cessait de s’inquiéter. Malheureusement, il ne pouvait rien contre ça donc. Il s’était adapté.

_________________




Trois chocolats de reçus ~ Blue Collins ♪
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: M. 04 - Arrivée à Lumen [PV Ama]   

Revenir en haut Aller en bas
 

M. 04 - Arrivée à Lumen [PV Ama]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Arrivée de Houille
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» Henriette d'Angleterre . Madame est arrivée
» Chapitre ll : L'Installation (suite de l'arrivée de C.) [PV: Siparti]
» Zorro est arrivée... sans se presser.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Reality is Broken :: We don't need you anymore ~ :: Everything has an end ~ :: x.We're all stories in the end.x-